Ah… ces profs !!

Mis en avant

Merveilleux au moment du confinement, les voici réfractaires et décrocheurs 😡

Déclaration commune au CSE du 11 juin 2020

SNEs-FSU, SNUIpp-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, FSU, SE-UNSA, SNALC, SGEN-CFDT, FEP-CFDT, Sud éducation, CGT educ’action, SNFOLC

Certains médias sont actuellement lancés dans une campagne de dénigrement des professeurs, de leur supposé manque de travail durant le confinement, de leur supposée réticence à reprendre le chemin des écoles et des établissements.

Les organisations membres du CSE s’indignent de ces discours mal informés, stigmatisant l’ensemble d’une profession. Le service public d’éducation a tenu pendant cette période difficile de part l’investissement des personnels, en dépit des nombreuses difficultés auxquelles ils ont été confrontés. Les facteurs limitant la reprise sont avant tout d’ordre médical et matériel, liés à l’application des consignes et du protocole sanitaires.

Les organisations du CSE demandent au ministre de s’exprimer publiquement pour dénoncer cette campagne calomnieuse et soutenir les personnels de son ministère.

[5 juin 2020] Audience avec Madame Valérie CABUIL, recteur de l’académie de Lille

Mis en avant

Madame le recteur, Mesdames, Messieurs,

Il nous faut réagir face à la crise et agir pour préparer l’après. Cette crise n’est pas sans conséquence et chacun doit aider à son niveau. Face à cette situation inédite, la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire. De son côté, la CFDT appelle à la solidarité pour éviter la dégradation des situations des ménages les plus modestes. À notre niveau, il nous faut accompagner les plus fragiles, permettre l’amélioration des conditions de travail des personnels et aider les enseignants en situation de précarité.

Il nous faut apprendre à vivre avec le virus, mais pas à n’importe quel prix. Ouvrir les établissements quand les conditions sanitaires ne sont pas réunies pourrait être dramatique. Des mesures de contrôle sont mises en place dans les établissements publics par l’intermédiaire des comités d’hygiène et de santé ou encore la mise à disposition d’un Registre Santé Sécurité au Travail (RSST). Dans les établissements privés sous contrat, c’est au chef d’établissement que revient l’organisation de cette reprise. Mais, si le Comité Social et Économique (CSE) de chaque établissement, quand il existe, permet notamment d’agir pour les personnels de droit privé, les enseignants, agents publics, semblent bien seuls pour ne pas dire abandonnés par leur employeur, l’État. Notre rôle est donc d’alerter les instances quand les conditions sanitaires ne sont pas remplies.

Au regard de l’impréparation totale du pays face à cette crise sanitaire, les enseignants et autres personnels, démonstration faite dans le 1er degré, ont occupé toute leur place. Ils ont pris des risques et n’ont pas démérité en mettant en place la continuité pédagogique, sans formation et « sans filet ». Aujourd’hui l’épuisement est là, l’inquiétude aussi et parfois même le mal être.

Nous sommes conscients que les chefs établissement, tout comme les maîtres, se trouvent en 1re ligne, prenant la lourde responsabilité de l’organisation de la reprise, confrontés aux parents de plus en plus nombreux à remettre leurs enfants à l’école… un vrai « casse-tête » d’accueillir plus d’élèves dans le respect du protocole.

Cette crise sanitaire nous a montré à quel point la dimension relationnelle est au cœur de la réussite éducative et lutte contre les inégalités à l’école. Rien ne peut remplacer le face-à-face pédagogique. La continuité pédagogique a ses limites et il faudra être vigilant pour l’avenir, il faudra former et équiper les enseignants.

Cette première rencontre avec vous, Madame la rectrice, est-elle le commencement d’une longue et fructueuse collaboration, d’un dialogue social constructif ? Notre vœu est que les organisations syndicales du privé soient au même niveau que celles du public. Ce vœu serait-il en passe de se réaliser ? Nous l’espérons et souhaitons que d’autres rencontres puissent être l’occasion d’échanger directement avec vous sur d’autres sujets tels que la situation précaire des maîtres délégués (que nous appelons de longue date), l’attractivité du métier d’enseignant, l’avenir de nos commissions consultatives mixtes pour le 1er et 2nd degré ou encore la spécificité du mouvement de l’emploi pour les enseignants du privé…

Nous vous remercions de votre écoute.

                                                                              Pour l’équipe du SEP CFDT 59/62

                                                                                               Nadia CLAËS-BECK

                                                                                               Secrétaire générale

[5 juin 2020] Questions / réponses avec Madame Valérie CABUIL, recteur de l’académie de Lille

Mis en avant

Covid-19 – Point de situation sur la crise sanitaire

Accompagnement des personnels et prévention des risques psychosociaux

Le 15 mai dernier, les enseignants des établissements privés sous contrat ont reçu ce courrier d’accompagnement sur leur boîte académique :

  • L’envoi d’un nouveau courrier à destination des enseignants est-il prévu pour la reprise du 02 juin ?

Un certain nombre de sujets étant en suspens, le rectorat réfléchit à l’envoi d’un second courrier destiné à l’ensemble des enseignants.

  • Les principes d’organisation et de fonctionnement de cette 1ère phase de déconfinement sont-ils reconduits pour la 2ème phase ?
  • Les enseignants ayant une vulnérabilité de santé (ou qui vivent avec une personne vulnérable ou malade) pourront-ils télétravailler ? Bénéficient-ils d’une Autorisation Spéciale d’Absence (ASA) si le travail à distance n’est pas compatible avec les fonctions exercées ?

Oui il est même conseillé que les enseignants vulnérables ou vivant avec une personne vulnérable soit en télétravail. Les personnes concernées devront fournir à l’administration un certificat médical dans les meilleurs délais. Si le télétravail n’est pas possible, ils pourront télétravailler.

  • Les enseignants n’ayant pas de solution de garde pourront-ils télétravailler ? Disposeront-ils d’une ASA si le travail à distance n’est pas compatible avec la garde de leurs enfants ?

Oui dans ce cas, le télétravail est possible sur présentation d’un certificat de non possibilité d’accueil dans l’établissement scolaire de leur enfant. Si ils ne peuvent pas télétravailler, une ASA est possible à titre exceptionnel car la règle de rigueur est que les enfants des enseignants sont prioritaires.

  • Le retour des enfants se fait apparemment toujours sur la base du volontariat des parents ?

Dans ce cas, les enseignants ne souhaitant pas scolariser leurs enfants et n’ayant pas de solution de garde pourront-ils télétravailler ou disposer d’une ASA si le travail à distance n’est pas possible ?

Le télétravail est possible. Si le télétravail n’est pas possible le rectorat étudiera au cas par cas les ASA.

  • Le bulletin officiel de ce jour précise la prorogation de la règle d’accueil de groupe avec un maximum de 15 élèves. Plus d’élèves pourront donc être accueillis en fonction de la superficie de la classe et des règles de distanciation qui sont toujours à respecter. Néanmoins, suite aux dernières annonces gouvernementales, il y a un risque d’afflux massif et de pression de parents décidant d’envoyer leurs enfants en classe.

Pour toute problématique, il est de rigueur de faire remonter l’information au département enseignement privé du rectorat dans les meilleurs délais.

Nous vous conseillons de nous interpeller dans un premier temps afin de vous donner la marche à suivre et de vous accompagner au mieux.

Point sur la reprise du 02 juin

  • Des masques sont-ils prévus pour l’ensemble des personnels de l’établissement et pour les élèves ? Si oui, ont-ils déjà été livrés aux établissements ?

Le rectorat a travaillé avec les directeurs diocésains pour la distribution. L’ensemble des masques a donc été distribué aux établissements privés dans les mêmes conditions que les établissements publics. Pour le 1er degré, les IEN ont eu la charge de répartir la distribution entre le public et le privé. Tout le monde a été servi de façon équitable.

  • Pourra-t-il être demandé aux enseignants de cumuler des cours en présentiel et en distanciel ?

Si oui, dans quelles limites ? Sous quelle forme ?

Il faut autant que possible privilégier le volontariat. Le cumul du présentiel et du distanciel ne doit pas engendrer de surcroît de travail pour les enseignants. Le distanciel est particulièrement fatigant. Il ne faut pas doubler le temps de service. Chacun doit se sentir à l’aise et ne pas avoir l’impression de faire une double journée.

Accélération de carrière

  • Quelles sont les conséquences du confinement sur les campagnes d’accélération de carrière ?

Une circulaire est en cours de signature pour mettre en place le même dispositif prévu dans le public. Les campagnes seront décalées sur 2020/2021 (notifications possibles jusqu’au 15/01/2021), les retours d’appréciations se feront jusque fin novembre afin de faire en sorte que tout soit validé pour fin décembre.

Comité médical, commissions de réforme

  • Quelles sont les conséquences du confinement sur le travail du comité médical et des commissions de réformes ?

Les services ont été confinés durant 2 mois. Les commissions redémarrent en mai mais avec un cumul de retard (autres prévues en juillet et août).

Mise en place des 2S2C (Sport Santé Culture Civisme)

  • Quelles sont les modalités d’organisation de ce dispositif pour l’enseignement privé sous contrat ? (lieux d’accueil, date de mise en place, règle de partage du budget entre les établissements privés et publics) ? Comment et par qui seront identifiés les besoins ?

Il s’agit de périscolaire sur le temps scolaire. Ces 2S2C n’ont pas vocation à remplacer l’enseignement de l’EPS ou encore des arts. Il n’y a pas d’intention cachée.

Les besoins sont en cours d’identification (par les IEN, les chefs établissement, les municipalités). Les dossiers de demandes commencent à parvenir au rectorat. Le rectorat aura une vue sur la répartition des moyens mais pas dans l’immédiat.

Pour l’enseignement privé sous contrat, les directeurs diocésains ont la charge de faire le point sur le sujet.

Forfait « mobilités durables »

Est-il bien prévu pour les enseignants des établissements privé sous contrat ? À quelle date entre-t-il en vigueur ?

Rien n’est encore défini, il faudra revenir sur le sujet.

  • Qu’en est-il de la prime exceptionnelle prévue pour les enseignants ayant accueilli les enfants des personnels soignants ?

Les contingents académiques devraient parvenir prochainement. Les services du rectorat sont en attente de précisions du Ministère.

Un traçage a été fait, il a été demandé aux chefs d’établissement de faire remonter le nom des enseignants concernés. Le montant de la prime sera fonction du nombre de jours effectués.

Le paiement de cette prime ne se fera pas avant fin juin voire juillet.

  • Qu’en est-il de la validation de l’année probatoire des professeurs stagiaires ?

Il n’y aura pas nécessairement d’inspection. Des informations précises seront envoyées aux enseignants concernés très prochainement. Dans ce contexte particulier, la bienveillance sera de rigueur pour les quelques cas particuliers qui auraient un avis défavorable définitif.

  • La mise en place d’une cellule d’écoute et de soutien est à disposition des personnels enseignants du public comme du privé : voir les coordonnées sur le courrier envoyé sur les boîtes mails académiques en date du 15 mai.
  • Concernant la cellule RH proximité, il y a une volonté du rectorat de Lille d’élargir les lieux d’accueil dans toute l’académie. Cette cellule peut être utile pour les collègues en perte d’heures ou de contrat qui auraient besoin d’un accompagnement et d’un soutien dans leur parcours professionnel. Tous les enseignants sont bien entendu concernés.
  • La CCMA du mois de juillet aura pour ordre du jour la validation du mouvement 2020, les avancements de carrière, les listes d’aptitude ainsi que les demandes de Congés formation professionnelle.

Jeudi 04 juin 2020 Audience avec Madame Valérie CABUIL, Rectrice de l’académie de Lille

Mis en avant

La demande du SEP CFDT 59/62 du 06 mai dernier trouve enfin réponse..


Ce jeudi 04 juin, c’est donc lors d’une visioconférence que Madame la rectrice échangera avec les organisations syndicales représentatives de l’enseignement privé sous contrat. Nous espérons que cette rencontre tant attendue soit l’occasion d’ouvrir un dialogue social de qualité auprès de notre interlocutrice, et ce dans l’intérêt des enseignants des établissements privés sous contrat.


Bien entendu, à l’ordre du jour est prévu un point de situation sur la crise sanitaire suite à la reprise des collèges et lycées de notre académie ce mardi. Cette rencontre sera aussi l’occasion pour notre équipe SEP-CFDT 59/62 de l’interroger sur différents sujets (notamment ceux restés sans réponse jusque-là) et de lui faire remonter certains dysfonctionnements notamment au lendemain de la phase 2 du dé-confinement. 
Nous reviendrons vers vous pour un petit compte rendu de cette rencontre virtuelle